Le préfet convoque les élus pour leur vendre la sylviculture industrielle

Alors qu’il vient de refuser le moindre effort pour encadrer les coupes rases, nous venons d’apprendre que le préfet convoque les élus du Morvan en « réquisitionnant d’autorité » l’amphi du parc… la fête est finie ?

Accompagné des représentants de la filière, dont la CFBL (qui gère la parcelle ou nous avons fait la manif) et la Caisse des dépôts…(qui enrésine à tour de bras le Morvan depuis de nombreuses années) le préfet convoque les Maires membres du syndicat du Parc, sans inviter bien sûr aucune association !

Le préfet va probablement nous vendre des pseudo mesures pour calmer l’indignation des élus et des citoyens face à l’industrialisation grandissante de la gestion forestière du Morvan.

Mais comment ce préfet peut-il être crédible après la séquence que nous venons de vivre ?

En effet, ce même préfet s’est dépensé sans compter depuis des mois pour refuser la moindre avancée aux élus et aux citoyens du parc sur la question des coupes rases dans la nouvelle charte, en vue de mieux préserver les intérêts financiers des « enrésineurs » du Morvan.

Le préfet prend les élus pour des cruches et les citoyens pour partie négligeable, il invite « les sachants » de la filière (c’est comme ça qu’ils s’appellent eux-mêmes !) pour expliquer aux élus ce qu’il ne comprennent pas…

L’État et les industriels de la forêt nous baladent depuis trop longtemps dans le Morvan. Les séances d’enfumage avec les enrésineurs, les financiers et les fossoyeurs de la biodiversité et des paysages ne peuvent plus être, ni comprises ni admises par la population et par les élus. Nous sommes maintenant dans l’urgence. L’urgence écologique, l’urgence sociale et l’urgence climatique, il serait temps de le comprendre. Sans un minimum de mesures contre les coupes rases, la discussion ne peut pas avoir lieu !

À nous de lui faire comprendre que ça suffit ! Venez nombreux et apportez de quoi faire un petit concert préfectoral de casseroles… ce qui rappellera quelques souvenirs à certains !

Rendez-vous devant l’amphi du parc

Mercredi 18 décembre à 14h